Comment remonter sa moyenne ? 3 étapes pour y arriver

Courbe monte

La moyenne générale, c’est un peu le nerf de la guerre à l’école. La moindre mauvaise note peut avoir un énorme impact dessus, on s’en sert comme outil de comparaison avec les autres élèves… et les craintes concernant le contrôle continu ne font qu’accentuer ce désir d’avoir une bonne moyenne. Alors on nous dit de tout faire pour la maintenir élevée, de faire des efforts constants… mais que faire quand on est déjà parti sur une mauvaise pente, et que rattraper une moyenne en dessous de nos attentes semble impossible ? En effet, une fois qu’on a déjà été noté quelques dizaines de fois, la moyenne devient très difficile à faire bouger. On peut alors ressentir une certaine déprime, après avoir ramoné pour ramener un 19, en constatant que notre moyenne n’a augmenté que de 0,2 point… On se demande alors vraiment comment remonter sa moyenne tout en tenant sur la durée !

Lorsque j’ai débuté mon année de Terminale au CNED, il y a eu quelques semaines assez difficiles, notamment car les cours de l’année étaient ardus et qu’il fallait se remettre dans le bain. Mais en assez peu de temps, j’ai réussi à rapidement retrouver des notes harmonieuses et très bonnes dans toutes les matières, ce qui m’a permis d’avoir une moyenne générale stable et très satisfaisante. Par contre, il est clair que ça ne s’est pas fait du jour ou lendemain et que ça a exigé assiduité, travail, et notamment d’accepter de mettre ma réussite scolaire dans mes principales priorités. C’est en effet une condition quasi essentielle pour réussir à atteindre cet objectif de remonter sa moyenne.

Alors, comment remonter sa moyenne ? Dans un premier temps, il faut admettre et accepter qu’il s’agit d’un travail de moyen terme, et que s’attendre à des résultats immédiats est souvent vain. Alors certes, il faut des efforts constants, mais comment avoir un réel plan d’action pour réussir à remonter sa moyenne ? C’est ce que je vais t’offrir dans cet article, à travers 3 étapes qui vont te permettre de remonter ta moyenne (ou que tu pourras partager à quelqu’un qui en a envie).

Etape 1 : Identifier la plage temporelle d’action

Dans l’introduction de cet article, je t’ai dit qu’il fallait plutôt miser sur le moyen terme que sur le court terme pour espérer remonter sa moyenne. Même s’il est important de le comprendre, ça reste trop imprécis car c’est avant tout du cas par cas. Avant de savoir sur quelle durée on va agir, il faut d’abord se poser ces questions :

  1. Combien de notes ai-je déjà reçues ? Ca varie énormément en fonction de la période de l’année (plus on est avancé, plus c’est élevé) mais aussi de l’établissement et des enseignants : est-ce qu’ils donnent beaucoup de devoirs notés ?
  2. Combien puis-je consacrer de temps régulièrement pour atteindre cet objectif (et en ai-je vraiment envie) ? Réfléchir à échelle quotidienne, hebdomadaire et de la date actuelle à la fin de l’année.
  3. Quelles sont les matières sur lesquelles je souhaite me focaliser en priorité ? Une des raisons de cette décision peut être les coefficients, mais ce n’est pas forcément le cas. On peut par exemple vouloir des notes harmonieuses et assez homogènes dans toutes les matières.

La question 1 va te permettre d’identifier la durée sur laquelle vont s’étaler tes efforts. De manière générale, plus tu as déjà reçu de notes, plus il va falloir être patient, vu que la moyenne va être plus lente à changer en raison du grand nombre de données (les notes) influant déjà dessus. On comprend donc pourquoi faire les réajustements le plus tôt possible, une fois qu’on a compris qu’on est parti sur un mauvais chemin, est préférable.

Ensuite, la question 2 va permettre d’affiner cette échelle de temps : raccourcis-là si tu souhaites consacrer beaucoup de temps, allonge-là sinon. En mettant en place un planning semainier, tu vas rapidement pouvoir constater si cette échelle de temps est raisonnable, car tu verras si les tâches assignées à chaque journée de la semaine sont trop conséquentes ou non.

Enfin, la question 3 va te permettre de répartir ce temps dans les différentes matières. Si tu as déterminé qu’une matière méritait 30% de tes efforts, consacre 30% de ton temps consacré au travail scolaire (ou environ) dessus.

Maintenant que le terrain est prêt, voyons comment nous allons pouvoir faire remonter cette moyenne !

Etape 2 : Analyser ses erreurs et les comprendre pour remonter sa moyenne

La principale erreur qui empêche les élèves de remonter leurs notes est d’avoir des préjugés sur les raisons de leurs échecs. Par exemple, de se dire que c’est parce qu’ils “n’ont jamais su comment bien réviser” ou parce qu’ils “ne comprennent jamais ce qu’on leur demande”.

Non seulement ces idées reçues sont souvent fausses, mais en plus, chaque erreur doit être analysée au cas par cas. Parfois, elles peuvent se répéter et indiquer une difficulté particulière, mais être trop généraliste et global peut empêcher de voir toutes les pistes d’amélioration.

Par exemple, si on a eu une mauvaise note en dissertation à cause d’un plan et d’une méthodologie confuses, il serait inapproprié et contre-productif de se chercher des défauts au niveau de la mémorisation des cours (même si ça peut nous arriver). Dans ce cas-là, il faudrait plutôt relire attentivement les exigences de ce genre d’épreuves, et travailler sur nos difficultés avec ce type d’exercices si elles persistent. Mais si le jeune a la croyance selon laquelle il n’a pas une bonne mémoire, il risquerait fort de partir sur de mauvaises bases et de s’épuiser sans pour autant que ses résultats ne s’améliorent. Le problème pourrait également être inverse : croire qu’on est mal organisé et confus dans ses raisonnements alors que c’est juste qu’on manque de connaissances pour étoffer son devoir.

Panneau mauvaise direction

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Dans le premier cas, voici ce que l’élève pourrait se demander :

  1. Qu’est-ce qu’on attend de moi exactement ? (Essayer de se mettre dans la peau du correcteur)
  2. Est-ce que j’arrive à me retenir de partir dans tous les sens (en particulier pour les hauts potentiels) et à revenir à la question posée ? Comment pourrais-je améliorer cela si ce n’est pas le cas ?
  3. Quels sont les outils dont je pourrais me servir pour clarifier mes raisonnements et produire quelque chose de plus synthétique ?

Tandis que dans le deuxième cas, on pourrait plutôt se demander :

  1. Qu’est-ce qui fait que j’ai l’impression de manquer de connaissances ? Est-ce par manque d’intérêt, par manque de temps pour réviser ? Ou est-ce le stress qui me donne l’impression de tout oublier ?
  2. Est-ce que je consacre assez de temps à réviser, et ce temps est-il productif, ou suis-je sans cesse distrait ?
  3. Est-ce que je ne pourrais pas explorer d’autres façons que celles qu’on me propose pour assimiler des connaissances plus efficacement (et sans impression de bourrage de crâne) ?

Se poser des questions plutôt qu’avoir des affirmations et des certitudes est un grand bond en avant vers la mise en place des bonnes actions. Mais ces questions doivent être pertinentes et adaptées à sa propre personne. D’ailleurs, elles doivent être précises et permettre la mise en place de solutions concrètes (pas de “en suis-je vraiment capable ?” ou “pourquoi est-ce que j’y arriverais ?” donc !) . C’est aussi là où l’aide d’un coach ou d’un accompagnateur peut s’avérer fort utile !

Etape 3 : Adapter son travail et célébrer chaque petite victoire

Quand on réalise un travail sur la durée comme remonter sa moyenne, il est important de toujours garder à l’esprit de célébrer chaque petite victoire, mêmes si elles nous semblent négligeables. Ainsi, si on remarque que nos résultats commencent à s’améliorer, mais que ça n’a pas encore vraiment d’impact considérable sur la moyenne, il faut tout de même être fier(e) de soi pour le travail accompli en se disant qu’il commence à porter ses fruits. Il est parfois très dur de se contenter d’une projection positive à moyen ou long terme, il faut également qu’on puisse avoir quelques étapes clés et récompenses à court terme pour garder la motivation.

D’ailleurs, il faut aussi voir le bon côté des choses : si la moyenne a du mal à remonter, elle aura autant de mal à redescendre. En ajustant au plus tôt son comportement et en faisant le nécessaire pour la stabiliser à un niveau satisfaisant pour nous, on se garantit donc qu’elle ne pourra jamais trop dégringoler, même si quelques mauvaises notes surgissent.

Besoin de plus d’aide ?

En bref, à la question “comment remonter sa moyenne” je répondrais que c’est avant tout une question de régularité, d’organisation mais également d’objectifs et d’implication personnels. À quel point est-ce important pour toi (ou pour ton enfant) d’y arriver ? Es-tu ou est-il suffisamment motivé(e) et déterminé(e) pour mettre en place l’organisation qu’il lui faut et tenir sur la durée ?

Si toi ou ton enfant a besoin d’aide sur l’un de ces points, ou que tu connais quelqu’un qui pourrait être intéressé, je t’invite à prendre un rendez-vous offert avec moi ici. Nous pourrons discuter de vive voix des tes problématiques et mettre en place un plan d’action ensemble pour les résoudre 🙂🚀.

Téléphone vert appel

Je te souhaite une belle continuation et une très belle journée ! 🌞

À bientôt !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire