3 problèmes avec l’apprentissage des langues étrangères à l’école

Drapeaux globe

Le niveau en langues étrangères des élèves français est connu pour être particulièrement mauvais quand on le compare à celui de beaucoup d’autres pays dans le monde. Et pour être honnête, je dois avouer que j’ai moi-même l’impression que mes progrès en anglais notamment viennent très peu de ce que j’ai appris dans mes cours. En effet, dans un contexte scolaire, on a tendance à oublier énormément d’informations, sans compter le fait que le niveau des cours peut être critiqué comme étant trop bas.

Je pense que ce sont surtout ces oublis qui sont à l’origine de ce niveau peu élevé en langues étrangères, mais il y a selon moi bien d’autres facteurs. Je vais ici te parler de quelques uns d’entre eux, en t’apportant des conseils pour aller au-delà de chacun d’entre eux. Voici donc selon moi 3 problèmes avec l’apprentissage des langues étrangères à l’école, accompagnés de mes conseils pour les surmonter.

1— Une mauvaise intégration des langues dans la vie de l’élève

Par “mauvaise intégration”, j’entends ces deux principaux points :

Une présence insuffisante de l’oral

Concernant la première cause, il est vrai qu’en classe et à la maison, on nous demande (très) souvent de lire beaucoup de textes dans la langue qu’on apprend. Ils sont généralement accompagnés de questions de compréhension écrite, qui cherchent à solidifier encore plus les compétences écrites des élèves. Et même si ces connaissances sont très utiles, il ne faut pas oublier que les langues sont avant tout orales. Nos ancêtres maîtrisaient déjà le langage bien avant que l’écriture, phénomène récent dans l’histoire de l’humanité, n’apparaisse.  En bref, ce sont les langues parlées qui ont été transcrites à l’écrit, et non l’inverse. D’ailleurs, dans les situations d’urgence (comme dans la rue) ou dans les cas exceptionnels, on doit bien faire usage de l’oral.

Concernant les enregistrement audio auquel on a droit tout au long de la scolarité, on est presque toujours sur des voix qui manquent totalement de naturel. Je pense que toi non plus, tu n’as jamais vu un natif d’une langue parler avec la manière que tu as pu entendre sur ces enregistrements.

Parler à l'oral

Cette remarque est cependant à relativiser pour certaines langues. Nous en connaissons une particulière, le français, qui peut être très difficile à écrire sans faire de fautes. Dans ce cas-là, il est évident qu’il faille aussi consacrer une place importante à l’écrit. C’est aussi le cas du japonais ou du mandarin par exemple, pour des raisons différentes. En raison des sinogrammes et des différents alphabets pour le japonais, on peut se retrouver à bien comprendre la langue à l’oral sans pouvoir la lire ou l’écrire, ou inversement (même si cela implique une forte disproportion dans l’apprentissage). Mais là encore, l’oral reste sous-évalué, et beaucoup de personnes qui ont atteint un haut niveau dans certaines langues nous incitent vraiment à lever la tête de nos textes pour nous confronter à la “vraie langue” parlée.

L’usage des langues étrangères qui est à tort restreint à l’univers d’un seul cours

Enfin, il est clair que l’usage des langues reste bien trop restreint. Une poignée d’heures inégalement réparties sur la semaine sont clairement insuffisantes pour atteindre un bon niveau dans une langue. Il ne s’agit pas de rajouter plus d’heures, car on serait dans la même logique inefficace. En fait, on peut clairement bien apprendre une langue en étant régulier sur des périodes très courtes (5 minutes par jour par exemple). Ce sera bien plus efficace que quelques heures par semaine, à certains moments de certains jours, d’autant que la courbe de l’oubli fait qu’on oublie 90% du contenu d’un cours, et que cet oubli se fait généralement dans les quelques heures qui le suivent [1].

Il y a quelques années, je jouais de temps en temps à des jeux en anglais sur internet. Sur Youtube, j’écoutais régulièrement des chansons dans cette langue. Au début, je n’y comprenais rien et avais systématiquement besoin de traductions, mais à terme, la confrontation régulière à la langue anglaise m’a permis d’atteindre un bon niveau assez tôt. Pour d’autres, c’était plutôt le fait de regarder des films ou séries assez tôt dans d’autres langues qui leur a permis de vite acquérir les bonnes bases et les bons réflexes.

Le problème reste ensuite de parler la langue, car bien sûr la comprendre n’est pas tout. Mais comme justement on passe trop de temps à apprendre la langue de façon théorique par manque de régularité et de confrontation, il reste peu voire pas de temps pour avoir de vraies conversations un minimum fluides, qui ne ressemblent pas à une récitation de cours.

Mes conseils :

  1. Faire ce qu’on aime dans la langue, régulièrement
  2. L’écouter et la réécouter (si tu aimes vraiment la langue, ça ne devrait pas te poser de problème, au contraire)
  3. Essayer de la parler le plus possible, si possible avec des personnes ayant un niveau supérieur ou égal au sien.

2— Une focalisation (à la limite de l’acharnement) sur l’accent

Voici un point sur lequel nous n’allons peut-être pas tomber d’accord. Mais je constate très souvent que beaucoup ont attrapé une vraie peur de parler la langue en raison de reproches sur leur accent qu’on leur avait sans cesse faits durant leur scolarité. Et pourtant, certains d’entre eux ont un niveau correct et pourraient être compris, mais n’osent pas franchir le pas. Voici principalement pourquoi je considère que le critère de l’accent est surcoté :

  1. Comme je l’ai dit, répéter sans cesse à quelqu’un qu’il a un mauvais accent risque de le dissuader totalement de parler la langue. Il y a mieux en termes de pédagogie.
  2. Le fait de se focaliser dessus peut entraîner chez l’élève l’envie d’exagérer son accent : si on cumule ça à un niveau faible dans la langue, on peut avoir l’air un peu ridicule.
  3. J’écoute souvent des interviews de youtubers états-uniens réalisées par des Français. Bien souvent, ils ont un accent très marqué. Mais contrairement à ce qu’on peut parfois nous dire, l’interlocuteur comprend très bien. Pour moi, la raison de cela est très simple : ils ont un bon niveau en anglais, savent ce qu’ils valent et surtout n’ont pas peur de le parler. Tout ceci, avec l’apprentissage de la langue, est pour moi prioritaire sur les questions d’accent. Se focaliser dessus fait selon moi partie des 80% d’actions qui n’amènent que 20% de résultats (j’avais parlé de ce principe dans cet article)

En bref, les problématiques autour de l’accent concernent pour moi surtout les individus expatriés. Dans ce cas, il est normal que la personne cherche à s’intégrer au mieux dans son nouveau pays. Mais dans le cas contraire, je trouve absurde de vouloir lutter à ce point contre son accent natif, sachant que la plupart des locuteurs que tu rencontreras seront au contraire contents de voir quelqu’un parler différemment !

Mon conseil :

  1. Chercher à être compréhensible avant de vouloir travailler son accent

3— Un niveau parfois insuffisant dans sa langue maternelle

Je remarque que souvent, les personnes qui parlent bien beaucoup de langues ont déjà un bon niveau dans leur langue maternelle. Cela traduit en effet une habileté particulière avec les langues, et notamment le fait de pouvoir les comparer entre elles, d’expliquer laquelle on préfère ou encore de dire quelle est la meilleure pour exprimer telle ou telle chose. Evidemment il ne faut pas confondre cela avec le fait de traduire systématiquement dans sa langue maternelle dès qu’on est confronté à une autre langue, ce qui traduirait au contraire d’un mauvais niveau.

Voici quelques avantages de bien connaître sa langue maternelle :

  1. Avoir une bonne connaissance de sa grammaire et de sa syntaxe peut faire gagner du temps lors de l’apprentissage d’une langue étrangère car on pourra avoir des repères s’il y a des éléments de similitude.
  2. Connaître les différences subtiles entre des synonymes est aussi une belle compétence à avoir dans  d’autres langues et traduit un bon niveau de compréhension.

Drapeau France

Cependant, même en ayant du mal avec sa langue maternelle, on peut être sûr qu’au moins une langue dans le monde nous convient ! Par exemple, si vous n’aimez pas la grammaire, le mandarin pourrait vous plaire (mais il y aura bien d’autres difficultés ailleurs) ! Si vous adorez la politesse, peut-être que le japonais vous tenterait…  pour savoir cela, il est bien sûr bénéfique de savoir ce qu’on aime dans sa langue maternelle pour chercher une autre langue où on trouvera encore plus de cela.

Mes conseils :

  1. Ne pas négliger les cours de français et les aspects théoriques de cette langue
  2. Comparer les langues étrangères qu’on apprend avec le français (ce qui n’a rien à voir avec de la traduction)

Comment mieux apprendre les langues selon toi ?

En écrivant cet article, j’ai bien sûr pensé à certains autres problèmes, mais je n’en ai gardé que 3 qui sont selon moi très importants. Si tu en connais d’autres, que tu as des solutions pour les résoudre que tu souhaite les partager, je t’invite à le faire en commentaires ci-dessous.

Si tu souhaites être au courant de la sortie de tous les prochains articles et des actualités du site, tu peux également t’abonner à ma newsletter 😉 :

À bientôt !

Sources :

[1] : Comment la courbe de l’oubli d’Ebbinghaus aide à mémoriser ? https://www.mes-jeux-educatifs.fr/blog/courbe-oubli-aide-a-memoriser.htm

Voici mon article en japonais pour les curieux (qui est assez différent car comme je l’avais précisé dans la présentation de mon défi le but n’était pas du tout de traduire !) :

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Cet article a 8 commentaires

  1. Lara Tabatabai

    Bonjour Pablo, merci pour cet article. Je suis tout à fait d’accord avec toi, étant moi-même professeur d’anglais et ayant enseigné dans le public et le privé, je peux te dire que tu as tout à fait raison: pas assez d’oral alors que c’est la base de la langue, on se tracasse pour l’accent alors qu’en fait ce qui compte c’est l’intonation et non l’accent ce qui est propre à toute personne et le manque d’applications pratiques. Et tu as mis le doigt sur un problème clé, “comment enseigner une langue étrangère à des étudiants qui ne maîtrisent déjà pas la leur?”, particulièrement au niveau de la grammaire, c’est très difficile de faire des parallèles ou des différentiations par rapport à la langue maternelle, en tant que prof, quand l’élève ne maîtrise déjà pas les bases dans sa propre langue. En tout cas, ma meilleure expérience en tant que prof au lycée était la section européenne, en effet, j’enseignais des cours généraux centré autour de l’Europe en anglais et pas que l’anglais, ce qui est inouï comme différence !

    1. Pablo

      Bonjour Lara, je te remercie pour ton commentaire très enrichissant. Heureux de voir qu’une personne qui s’y connaît très bien me soutient ^^
      En effet c’est clair que ne pas se limiter aux cours de langues est un énorme plus ! Je pense d’ailleurs que donner des leçons d’une matière dans une autre langue permet de se changer un peu les idées, d’améliorer la concentration et d’apporter un nouveau point de vue sur les sujets abordés. Ça développe le vocabulaire dans des thématiques diverses, et c’est un excellent moyen de gagner du temps en apprenant plusieurs choses en même temps…

  2. Isabelle Quentin

    Bonjour Pablo, heureuse de t’avoir lu. Je suis particulièrement sensible aux deux premiers points que tu évoques. Ton analyse est très juste. Vérifiable. Et on sent ton réel souci d’accompagner ton lecteur.
    Au cas où tu ne le connaîtrais pas, je te signale un enseignant qui utilise le blogue et la vidéo depuis plusieurs années sur ce thème. Il s’agit de Pierre Blanchon. Son blogue : Le monde des langues.
    Restons en contact!

    1. Pablo

      Bonjour Isabelle et merci pour ton commentaire et ton retour très positif.
      J’ai déjà été sur la chaîne Youtube de cette personne mais j’ignorais son nom. C’est bon à savoir !
      Au plaisir de se reparler,
      À bientôt 🙂

  3. caroline

    Coucou Pablo !
    Très interessant ton article.
    Je suis prof d’anglais (j’ai d’abord commencé en Angleterre puis à l’education nationale puis à mon compte).
    Voici ce que j’ai remarqué :
    – le français est généralement plus timide que les autres européens, et c’est culturel. Il y a une grande peur du jugement et donc de faire des erreurs.
    Quand j’etais en Angleterre, j’ai eu 4 nouveaux élèves qui ne parlaient pas anglais et devaient s’intégrer à une nouvelle culture. Cela a été facile pour le petit polonais et le petit indonesiens mais mission impossible pour les 2 petites françaises (de familles différentes). Elles avaient tellement peur de se tromper qu’elles fuyaient les conversations en anglais.
    Pour moi, il faudrait dedramatiser tout ça à l’ecole en France en parlant beaucoup plus anglais aux élèves et en les encourageant à s’exprimer davantage.
    Petite piste pour ceux qui souhaitent parler anglais : demander un partenaire anglophone pour un échange de langue (groupes prévus à cet effet) sur les reseaux sociaux.

    Et pour la prononciation, tu as tout a fait raison !!
    On peut être bilingue en gardant un petit accent français d’ailleurs. C’est même plutôt mignon 🙂

    1. Pablo

      Hello Caroline,
      Merci pour ce retour très intéressant. Il confirme bien ce que j’ai entendu d’autres personnes qui connaissent les systèmes scolaires de différents pays.
      Ça rejoint justement aussi le fait de manquer de pratique à l’oral. On trouve tellement de reproches à faire sur la moindre phrase qu’on fait perdre toute confiance en eux aux élèves et qu’ils finissent par arrêter de parler !
      Je te souhaite bonne continuation,
      À bientôt.

  4. Naïla

    Bonsoir, moi je suis Naïla, 10 ans bientôt, et je confirme, en France on ne nous apprend pas à devenir polyglote. je suis en immersion totale depuis que je vis en espagne, et en 3 mois, j’étais presque bilingue en espagnol, et aussi en valencien, et j’ai même des cours d’anglais et des cours EN anglais, ça change de la France.
    https://le-valencien-cest-facile.com/qui-suis-je-%f0%9f%91%a9%f0%9f%8f%bb/

    1. Pablo

      Salut Naïla,
      Merci pour ton retour et super ton projet ! 🙂

Laisser un commentaire